Procés català

Sobre diagnòstics, follies i mentides

Una analitza de "Pourquoi la Catalogne est devenue folle"

En français

En aquests temps en què els inventors de fake news poden arribar a ser president i fins i tot ser nominats a premi Nobel de la pau, resulta cada vegada més urgent que els mitjans de comunicació que es volen seriosos estableixin sistemes de verificació de les informacions que publiquen. L’escàndol de Claas Relotius, el periodista vedette que ha construït la seva carrera al prestigiós Der Spiegel sobre munts de mentides, palesa, si calia, que fins i tot la premsa més prestigiosa pot arribar a publicar autèntiques absurditats si negligeix el deure de contrastar allò que publica.

L’article “Pourquoi la Catalogne est devenue folle” de Charles Jaigu (Le Figaro, 21 de febrer) és un d’aquells textos que posa en entredit la credibilitat de qualsevol mitjà. El seu problema no és el to prepotent, injuriós i de ressonàncies racistes amb què l’autor es permet titllar de boja, obtusa o sectària la societat catalana. Això, al capdavall, retrata l’autor, no pas el seu objecte d’anàlisi. El problema és que les “dades” que utilitza l’autor utilitza són falses, les citacions que fa són manipulades i les seves interpretacions no resisteixen la més mínima anàlisi.
Pel que fa a les dades, n’hi ha prou amb el primer paràgraf de l’article per constatar que el senyor Jaigu no té ni la més remota idea del que parla. Quan diu que el castellà “est interdit” a les universitats catalanes, senzillament menteix. Ho pot comprovar qualsevol internauta entrant a les webs de les universitats catalanes. Si ho fa constatarà que el castellà no sols hi és oficial, al costat del català, sinó que, de fet, és la segona llengua més usada. Quan Jaigu afirma que “poser une question dans la rue dans la langue de Cervantes vous vaudra des regards courroucés” voreja el ridícul, tenint en compte que d’acord amb totes les estadístiques disponibles, la meitat de la població de Catalunya diu viure habitualment en castellà. Però és que quan afirma “Nulle part vous ne pourrez voir un film en espagnol au cinema”, l’autor se situa en el terreny del deliri. Doni el lector un cop d’ull a la cartellera de Barcelona (per exemple, https://www.guiadelocio.com/barcelona/cine) i constatarà que avui a Catalunya el que resulta difícil és trobar pel·lícules en català. Suposo que no cal continuar. Ni una sola de les “dades” del seu article resisteix el contrast amb la realitat.

Tampoc les citacions que aporta són exactes. Afirma Jaigu que el president català Quim Torra hauria escrit un article on diria [en català]: “: « Les Espagnols sont serpents, vipères, hyènes. Des bêtes à la forme humaine, cependant, qui savourent une haine brillante. (...)”. Què diu, tanmateix, l’original “La llengua i les bèsties” : “Ara mires al teu país i tornes a veure parlar les bèsties. Però són d’un altre tipus. Carronyaires, escurçons, hienes. Bèsties amb forma humana, tanmateix, que glopegen odi.” On és “Les Espagnols”? Enlloc. Per què? Perquè l’article no fa referència als espanyols en general sinó només a la minoria d’ultranacionalistes que s’han esforçat i s’esforcen a liquidar el català. Hom pot desaprovar el llenguatge de l’article, però manipular el text per fer-li dir el que no diu resulta èticament reprovable.

Amb una base tan precària, no sorprèn que el relat sobre la realitat catalana que ofereix l’articulista no resisteixi ni la crítica més elemental. La tesi central de l’article és que al llarg dels darrers decennis la societat catalana ha estat “adoctrinada” pels independentistes. El problema d’aquesta tesi és la seva (escassa) versemblança. Com és possible que un govern regional que només controla una televisió i una ràdio entre dotzenes hagi pogut “adoctrinar” una societat tan oberta a l’exterior com la catalana, on el 80% de l’oferta televisiva arriba des de Madrid, on els dos diaris més importants de Catalunya són obertament unionistes, i on el sistema educatiu —que en un terç està en mans privades— segueix un currículum fixat essencialment per les autoritats de Madrid? Es pot “adoctrinar” una població que disposa de tanta informació alternativa a la pantalla del mòbil? I com s’explica que sigui precisament la població més ben formada i informada de Catalunya la que dona suport massiu al moviment independentista? Segur que s’hi poden trobar moltes causes, però les teories conspiratives segons les quals uns grapat de líders perversos ensarronen milions d’ànimes infantilitzades sona més a prepotència colonial que no pas a explicació raonable. És clar que potser ja es tracta d’això, de crear la imatge d’un poble irracional al qual convé que el manin des de fora els Übermenschen de torn.

Anem tancant. El conflicte entre Catalunya i l’Estat espanyol és multisecular i complex, i constitueix un repte de primera magnitud per a la construcció d’una Europa que es vol democràtica. Els intel·lectuals i els mitjans de comunicació tenen el deure moral de contribuir a fer-lo comprensible. No fer-ho, o contribuir a difondre relats sense fonament no ens ajudarà a construir una Europa més sòlida, i val a dir que, en aquesta empresa, tots ens hi juguem molt.

F. Xavier Vila
Director del Centre de Recerca en Sociolingüística i Comunicació
Universitat de Barcelona


Pourquoi la Catalogne est devenue folle

Article del FIGARO, p 13, 21 de febrer 2019

TÊTE À TÊTE Charles Jaigu Aquesta adreça de correu-e està protegida dels robots de spam.Necessites Javascript habilitat per veure-la.
Chers étudiants, oubliez Erasmus à Barcelone. Vous n’y trouverez plus L’Auberge espagnole. La langue vivante que vous avez apprise à l’école –la langue espagnole, parlée dans la péninsule Ibérique et dans toute l’Amérique latine, soit 400 millions de locuteurs– est interdite dans les universités catalanes. Il vous faudra choisir un cours dispensé dans un anglais fade qui sonne comme un espéranto. Nulle part vous ne pourrez voir un film en espagnol au cinéma, et poser une question dans la rue dans la langue de Cervantes vous vaudra des regards courroucés. Et si vous utilisez cette expression « la langue de Cervantes », vous risquez gros. On vous accusera probablement d’hispaniser un auteur dont les Catalans identitaires clament qu’il était de leur peuple et qu’il a ensuite été volé par les Castillans. Affirmation délirante dont ils se sont persuadés, comme s’ils étaient gagnés par des hallucinations semblables à celles qui aveuglaient ce bon Don Quichotte. On en est là. L’Espagne en est là. Elle fait face au mouvement le plus obtus du continent européen, qui en compte un certain nombre en ce moment. Les Catalans sont beaucoup plus sectaires encore que les Anglais brexiteurs qui, eux, ont gagné le référendum en respectant les règles, ou les Italiens de la Ligue – qui méprisent ceux du Sud du pays mais n’ont pas encore décrété la sécession. À lire l’excellent essai intitulé Le Labyrinthe catalan, de Benoît Pellistrandi, historien, professeur de khâgne, déjà auteur d’une Histoire de l’Espagne. Des guerres napoléoniennes à nos jours (Éd. Perrin), et exdirecteur des études de la Casa de Velasquez, à Madrid, nous comprenons de l’intérieur une histoire espagnole que nous connaissions mal. Pellistrandi instruit le dossier à charge et à décharge, même si les dernières pages de son livre ne laissent pas de doute : l’indépendantisme catalan a tenté un coup de bluff dangereux pour l’Espagne comme pour lui-même. Seule, la Catalogne n’est plus rien, ni culturellement ni économiquement, et c’est Valence et l’Aragon qui récupéreront les flux de marchandises. Unis à l’Espagne, les sept millions de Catalans conservent un rôle d’aiguillon et de territoire d’exception.

L’auteur ne retire d’ailleurs pas au catalanisme ses lettres de noblesse. Il y a bien un particularisme catalan qui se signale par cette langue curieuse, à michemin du français et de l’espagnol, et par un dynamisme industriel et culturel qui lui vient de sa position d’ouverture sur la Méditerranée, quand Madrid est isolé sur son haut plateau austère et rocailleux. Mais de là à transformer une singularité remarquable en projet national, il y avait un pas de géant. « La Catalogne n’est pas montée dans le train des nationalismes du XIXe siècle et elle le fait aujourd’hui à contretemps », résume Pellistrandi. On a de quoi être plus que surpris de ce contretemps, alors que tout avait bien recommencé après l’instauration en 1978 de la jeune démocratie espagnole. En 1992, les Jeux olympiques de Barcelone célébraient l’unanimisme du pays autour du succès de la Catalogne. Ce moment consacrait « une nouvelle culture politique » issue des oppositions au franquisme, dont Pellistrandi décrit la maturation lente pendant les trente-sept ans du régime du Caudillo. Elles eurent le temps de tirer les leçons des échecs de la Deuxième République (1931-1936). La nouvelle démocratie espagnole serait décentralisée ou ne serait pas. Et, de fait, jamais une Constitution en Espagne n’avait cédé autant aux régions. Le nouveau compromis institutionnel fut de facto fédéral, accordant non seulement la maîtrise des impôts sur le revenu, mais aussi la main sur le droit successoral ou l’éducation.
Face aux pressions basques et catalanes, les Constituants n’avaient guère le choix. Mais en lâchant la langue et la culture, ils ont ouvert une brèche dans un édifice à peine consolidé. « L’Espagne démocratique de 1978 a abandonné aux communautés autonomes, par l’éducation, le soin de dire l’Espagne. Aussi celle-ci est-elle devenue une périphrase : on disait “ce pays”, puis elle est devenue “la nation des nations” », écrit l’auteur, qui constate que « le récit national espagnol
s’est finalement évaporé ». En trois décennies, les Catalans ont endoctriné des générations d’élèves. « La déformation de l’histoire a atteint en Catalogne des proportions qui doivent alerter n’importe quel démocrate. »

Peu à peu, l’État espagnol a donc été présenté comme une puissance étrangère. On l’a accusé d’être le sinistre avatar du franquisme, et on n’a pas caché la répulsion qu’inspiraient les migrants de l’intérieur, soit plus d’un million de travailleurs andalous. En 2012, l’actuel président de la région s’est autorisé quelques propos hispanophobes qui méritent ici un extrait : « Les Espagnols sont serpents, vipères, hyènes. Des bêtes à la forme humaine, cependant, qui savourent une haine brillante. Une haine indignée, nauséeuse, comme un dentier moisi, contre tout ce qui représente la langue catalane » (citation tirée d’un article publié en catalan le 19 décembre 2012 dans le journal El Mon, et traduite sur le blog de l’universitaire Barbara Loyer). Quand un politicien catalan profère l’invective, il laisse après lui un silence coupable, comme si l’accusateur avait tous les droits pour lui. Pourtant, les scandales de corruption récents ont détruit le mythe d’un climat moral supérieur au reste de l’Espagne. Ils révèlent bien au contraire que la diffusion du catalanisme a reposé sur la
corruption et le clientélisme.

Ce précipité de haine était pourtant évitable. Les hasard des calendriers électoraux ont joué. Benoît Pellistrandi démêle l’écheveau, et comment les deux grands partis espagnols ont presque toujours eu besoin de l’appoint des députés catalans pour dégager des majorités. En positions de chantage, ces derniers se sont livrés à une compétition mortifère qui a donné lieu à cette surenchère nationaliste. Pourtant, malgré cette longue entreprise de catalanisation, les indépendantistes n’ont pas réussi à rassembler plus de 47 % des suffrages dans un scrutin illégal et douteux. Le procès qui se déroule en ce moment à Madrid dévoile l’échec de cette aventure anticonstitutionnelle. Cet échec n’a pourtant rien réglé, comme l’admet l’auteur. La rancoeur est toujours aussi vive dans la base fanatisée des militants indépendantistes, et en face, Vox, un nouveau parti de droite dure, a émergé, qui capitalise sur le rasle-bol face à la crise catalane. On ne s’étonnera pas que cette effervescence régionaliste soit regardée de près par les indépendantistes corses, qui savent désormais qu’un patient travail « gramscien » sur les générations à venir peut produire le résultat souhaité. Ou du moins créer les conditions d’un face-à-face mortifère.

« L’Espagne démocratique de 1978 a abandonné aux communautés autonomes, par l’éducation, le soin de dire l’Espagne» BENOÎT PELLISTRANDI

L’historien Benoît Pellistrandi dresse un terrible réquisitoire contre les indépendantistes catalans. Ils ont échoué à rompre avec l’Espagne, mais le pays aura du mal à dépasser cette crise.

Comentaris (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 votes
There are no comments posted here yet

Deixa els teus comentaris

Posting comment as a guest.
Arxius adjunts (0 / 3)
Share Your Location

El Portal - Catalunya Nord Digital neix a iniciativa del Col·lectiu 2 d'abril.

Neix de la necessecitat de crear un lloc de trobada a Catalunya Nord per a tots els actors de la llengua catalana.
Reagrupa persones i entitats al voltant d'un projecte, el de fer viure la llengua catalana, la llengua pròpia, la llengua del país.

Cada un pot portar la seua pedra a l'edifici 

  • participant amb la redacció d'articles, d'entrevistes
  • fent propostes, fent passar informacions
  • adherint al Col·lectiu 2 d'abril
  • fent conèixer el Portal