OPLC, Miquel Casanova

L'OPLC: el taüt de la llengua?

Un article en francès al Portal CatNord, provocació o contre-peu demostratiu del que no s'ha de fer, llegiu i entendreu...

Promesse de campagne, ainsi que cadeau compensateur pour mieux nous faire encaisser le nom de la nouvelle région, Mme Delga nous "régalera" d'une

Officine Publique de la Langue Catalane.

Tant espérée...et encore attendue plus d'un an et demi après! Je n'épiloguerai pas sur les raisons de ce retard, pas plus que sur les manoeuvres politiciennes qui prévalent dans ce type d'opération, et, si la situation n'était pas dramatiquement à pleurer, je pourrais même m'en satisfaire. En effet, je veux saluer là la responsabilité des élus régionaux et départementaux, comptable des deniers publics, de faire meilleur usage de nos impôts. Puisque c'est déjà acté! Les comptes-rendus bilingues qui devaient être adressés après chaque réunion du COPIL n'ont jamais été faits tout comme il est fait l'économie des services de traducteurs (au demeurant superflus) pourtant prévus et présentés par la Présidente... elle, elle avait une vision plus optimiste de la réalité, nous, nous lui avons démontré le contraire. Ce faisant nous avons coupé l'herbe sous le pied à une région occitane qui avait pour nous-même plus d'ambition!

Mieux, nous avons apporté la preuve de l'inutilité de cet OPL.

En effet, dans une logique comptable d'économie de moyen, les choix faits par nos gouvernants sont dictés par l'adéquation de l'offre à la demande. La disparition du service d'apprentissage du catalan de la ville de Perpinyà et plus généralement de sa "politique catalane" participe de cette logique comme le sont aussi tous les discours ou cartes d'intentions qui restent lettres mortes. Qui s'en émeut? L'OPLC ne devrait pas échappé à cette règle. Car pourquoi injecter de l'argent dans une structure dédiée à une langue morte, pardon, que nous contribuons à tuer.

Que l'Occitanie choisisse de s'exprimer en français c'est son droit, cela me chagrine, mais en tant que bi-langue ça ne me pose pas de problème mais, vous, à fortiori dans le cadre de réunions préparatoires à la création de l'OPLC, vous qui la dominez ou la possédez à minima, vous qui la portez depuis tant de temps pour qu'elle survive encore aujourd'hui sur notre terre nord catalane, vous qui vous battez chaque jour pour lui faire une place dans l'espace privé et public, pourquoi, pourquoi l'avez-vous abandonnée et trahie en faisant servir le français au sein de ces commissions?

Car, à l'exception de 4 gats, toutes les personnes qui s'expriment le font en français et, ce faisant, se font les fossoyeurs de notre langue catalane.

Poids de l'éducation, acte de soumission, aveu d'infériorité,...peu importent les raisons. Les faits sont là et la symbolique trop criarde, assourdissante et signifiante, étouffante et mortifère pour le catalan (malheureusement cela ne peut avoir échappé à nos adversaires et il faudra en assumer les conséquences!).

Après cela, peut-on dignement sortir al carrer et demander aux personnes qui passent sous les fenêtres de l'avenue général de Gaulle, i més enllà, de faire servir le catalan, peut-on exiger de nos élus plus de place pour la langue catalane dans la cité, peut-on déplorer que les panneaux qui fleurissent à l'entrée de nos communes ne soient que "Pays catalan", "Terre catalane", " Perpignan la catalane",..., peut-on être critique à l'égard du mouvement "oui, au pays catalan", peut-on,...de grâce, soyons un minimum cohérent et pas contradictoire dans nos postures.

Car, si il y a un lieu où doit être fait usage du catalan pour des raisons identitaires et politiques mais d'abord pour une question de cohérence, pour seulement justifier de la nécessité d'une OPLC, c'est bien dans les réunions qui se déroulent actuellement car, si le mal n'est pas déjà fait et s'il n'est pas trop tard, elles en donnent le ton pour aujourd'hui et pour demain...

Desperta't Rosselló

Miquel Casanova

PD: He voluntàriament escrit en francès per a demostrar l'absurditat de la situació, la incoherència, veure el probable efecte contraprodüent de priviligiar la llengua de Molière a la d'en Ramon Llull.

Comentaris (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 votes
There are no comments posted here yet

Deixa els teus comentaris

Posting comment as a guest.
Arxius adjunts (0 / 3)
Share Your Location

El Portal - Catalunya Nord Digital neix a iniciativa del Col·lectiu 2 d'abril.

Neix de la necessecitat de crear un lloc de trobada a Catalunya Nord per a tots els actors de la llengua catalana.
Reagrupa persones i entitats al voltant d'un projecte, el de fer viure la llengua catalana, la llengua pròpia, la llengua del país.

Cada un pot portar la seua pedra a l'edifici 

  • participant amb la redacció d'articles, d'entrevistes
  • fent propostes, fent passar informacions
  • adherint al Col·lectiu 2 d'abril
  • fent conèixer el Portal